Voici les explications sur le rapport du Groupe de Travail 1.
Nous vous expliquons les problèmes contenus dans ce rapport

Téléchargement du rapport

Problème1 et 2Problème n° 1 et 2

Le total des de ces 2 rubriques est faux

Le résultat correct pour le nombre d’habitants est 11’350 et non pas 11’283
Le résultat correct pour le nombre de contribuables est 6’766 et non pas 6’602

Ces erreurs peuvent paraître anodines, mais elles rentrent en considération pour le calcul d’indicateurs tels que, par exemple, la dette par habitant ou par contribuable.

Ces erreurs ne donnent en tout cas pas confiance !

erreur3Problème n° 3

C'est la comparaison réciproque des ces deux indicateurs qui font sens. Or, on ne voit aucun commentaire à ce sujet. On relève que St-Légier dégage plus de recettes fiscales par habitant émanant des ménages, des entreprises et de l'impôt foncier, que Blonay.

Recettes Blonay et St-Légier Total Blonay - St-Légier

Problème n° 4

La page 4 du rapport répertorie les recettes communales pour les 2 communes et fait le total de celles-ci. Nous comprenons que la rubrique “Autres recettes” englobe logiquement toutes les autres recettes qui ne sont pas mentionnées et les totaux devraient donc être identiques aux recettes mentionnées en pages 9, 10 et 11.
Or ce n’est pas le cas.

Exemple: Blonay - 2020:
Total page 4: Fr 27’573’350
Total page 9: Fr 30’553’118
Différence: Fr 3 millions

Nous voulons bien croire qu’il y a une explication à cette différence, mais en l’absence d’indications dans le rapport , nous considérons cela comme étant autant d’erreurs qu’il y a de totaux différents.

erreur5 erreur5bis erreur5ter

Problème n° 5

Les montants regroupant Blonay et St-Légier (tableau n° 3) ne correspondent pas aux montants mentionnés de Blonay et St-Légier cumulés (tableaux 1 et 2) pour toute la période 2017-2021, alors que ceux de la période 2012-2016 correspondent.

Exemple: Dépenses + amort. obl. 2020
Blonay:         Fr 32’201’571
St-Légier:   Fr 29’831’606
Total:          Fr 62’033’177
Total du tableau n° 3: Fr 60’244’435
Différence: Fr -1’788’742

Justifier une réduction des dépenses projetées sur les 5 années est une hérésie. En effet, 2017, 2018, 2019, 2020 sont écoulées ou en voie de l'être. Les chiffres effectifs de ces années ne montrent aucune diminution des charges d'exploitation. Il ne reste donc que 2021!

Les projections du rapport GT1 sont dépassées!

Toutes ces erreurs ou manque d’explications claires ne font qu’enlever toute crédibilité à ce rapport. Il est inconcevable que personne, ayant lu ce dernier avant publication, ne se soit inquiété du manque de clarté de celui-ci.

Pour qu’un rapport soit crédible, et d’autant plus lorsqu’’il s’agit des finances, il se doit d’être factuel et d’une grande clarté afin que chaque citoyen ou lecteur puisse le comprendre facilement.

Il devrait aussi faire état des engagements hors bilan ainsi que de la reprise des litiges. La commune fusionnée, si la convention est acceptée, devra reprendre et honorer les cautionnements garantis par Blonay et St-Légier ainsi que les litiges en cours au moment de la fusion effective de ces dernières.

Les graphiques démontrent des variations naturelles pour le période 2012-2016 et deviennent un long fleuve tranquille pour la période 2017-2021, ce qui est peu plausible. Ils sont, de plus, exempts de commentaires ce qui en rend la lecture difficile et fastidieuse.

Le rapport mentionne, par exemple, que Blonay a fait et fait encore de gros efforts pour que sa situation financière s’améliore, mais ne dit pas comment. Par contre, on peut soupçonner que la carence de cash flow ait conduit à des retards d'investissement.

Le rapport ne mentionne pas non plus que le gain par nouvel habitant diminue régulièrement alors que les dépenses augmentent. En clair, l'augmentation de la population risque fort d'avoir un impact négatif sur les finances communales.

Dire que “la différence des capacités d’investissements mis en évidence entre les deux communes pourrait être momentanée” n’est que conjecture. Ce “diagnostic” ne repose sur aucun élément factuel. Preuve en est, la demande de rehaussement du plafond d’endettement de Blonay pour assurer ses frais de fonctionnement ainsi que les effets potentiellement négatifs du COVID-19 sur ses finances.

Affirmer un chiffre concernant la péréquation en mentionnant que la fusion serait “très favorable” est quelque peu présomptueux alors que l’on sait que cette aide n’est pas gravée dans le marbre, change chaque année et qu’elle peut disparaître selon le bon vouloir du Canton. De plus, les 1,7 mio annoncés dans le rapport sont calculés sur la base d’un taux d’imposition de 70%, or, le taux d’imposition inscrit sur la convention de fusion est de 68,5% et de ce fait, le montant du bénéfice de la péréquation serait inférieur d’env. Fr 500’000.-.

Ce rapport ne comporte aucun budget concernant les frais de réorganisation en cas de fusion (déménagement, informatique à changer complètement, changement de nom et d’armoiries sur les documents et enseignes, les frais de transformation ou rénovation des locaux vides, le coût des locaux vides, etc.) ainsi que le coût estimé de la nouvelle administration. Tout ceci va coûter extrêmement cher et nous aimerions savoir si cela serait supportable après la crise du COVID-19.

Nous déplorons l’absence d’hypothèse de travail préalable pour exposer les raisonnements et les logiques adoptées ainsi que l’absence d’une politique financière liant les composants: Investissement, Cash Flow et le recours à l’endettement; l’absence de volonté d’un frein à l’endettement; l’absence de référence au SCL (Service des Communes et Logement) qui analyse chaque année les comptes communaux; l’absence d’un tableau de bord; l’absence d’un exposé de politique générale de croissance des zones habitables et zones industrielles.

Nous aurions aussi aimé que soient expliqués les écarts entre les anticipations du GT1 2017-2021 et celles relatives à la détermination du plafond d’emprunt pour la même période car ils sont très importants.

Faire la comparaison avec La Tour-de-Peilz est bien, mais dans ce cas il aurait fallu faire cette comparaison pour toutes les matières. On nous dit que le nombre d’employés communaux est quasiment identique, c’est vrai mais aujourd’hui. Si la fusion est acceptée, les Autorités ont déjà annoncé qu’il faudrait de nouvelles compétences, donc engager plus d’employés et comme elles se sont engagées à ne pas licencier, le nombre d’employés communaux sera donc supérieur à la commune de La Tour-de-Peilz pour un nombre d’habitants inférieur. Le rapport aurait aussi pu faire la comparaison avec la dette par habitant qui est négative pour La Tour-de-Peilz et pourtant, cette dernière dispose des mêmes prestations et infrastructures que nos deux communes, mais avec un endettement de moins d’un tiers de celle de St-Légier. Autant dire, qu’une fois fusionnée, la nouvelle commune aura une dette de 6,5x supérieure à celle de La Tour-de-Peilz.

Force est de constater que le rapport GT1 est orienté fusion dans ses propos, explications, démonstrations et conclusions. Il donne l’impression de “noyer le poisson” et les incohérences de ce rapport sème le doute et insitille un sentiment de défiance.

Vous avez dit une dot... NON une dette!!

Voir tous nos communiqués de presse sur le site:
www.non-fusion-blonay-st-legier.ch

Contactez-nousContactez-nous

Tout droit de reproduction réservé

Prochains rendez-vous publics

Débats contradictoires: (lieux à déterminer)
Blonay: le 27 août
St-Légier: le 2 septembre

Votations communales: 27 septembre 2020

CrofletteNONFusion
Merci de votre soutien